AEGE - Le réseau d'experts en intelligence économique
Partager sur :
09 mars 2021
Revue de presse

L'actu politique du 09 Mars 2021

Vue 34 fois

 

AEGE - LE RÉSEAU D'EXPERTS EN INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

CLUB RELATIONS PUBLIQUES
Chaque semaine, toute l'information politique.                         N°14             09 Mars 2021
A LA UNE
 

Sondage sur la perception de la laïcité chez les lycéens : révélateur des fractures françaises

Dans un sondage commandé par la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) à l’institut Ipsos intitulé la perception de la laïcité par les lycéens, on aperçoit une multitude de fractures. Ce sondage a fait grand bruit dans la classe politique. Tout d’abord, on aperçoit une fracture générationnelle entre la jeune génération et le reste de la population puisque 52% des lycéens se disent favorables au port des signes religieux à l’école alors que seulement 25% de la population entière se dit favorable au port des signes religieux à l’école. 
Ainsi, les lycéens prônent une conception minimaliste de la laïcité et sont plus proches de la conception anglo-saxonne. Les observateurs soulignent que ceux-ci sont influencés par les influenceurs, les séries… qui diffusent la culture anglo-saxonne. 
On note une fracture à l’intérieur de la jeunesse. Ainsi, le droit au blasphème qui correspond au droit de critiquer une croyance, un symbole ou un dogme religieux est critiqué par une courte majorité des lycéens à savoir 52%. Mais quand on décortique ce pourcentage, on s’aperçoit que 78% des lycéens se déclarant musulmans sont opposés à la critique de la religion alors que 45% des lycéens se déclarant catholiques et 47% des lycéens se déclarant sans religion sont contre le blasphème. Pour eux, la critique de la religion s’apparente à la critique du croyant. Les observateurs constatent que la religion est vue non plus comme une un corpus de croyances auquel on croit ou pas en dépit de son identité mais comme consubstantielle à l’identité. 
La classe politique s’est alarmée que cette jeunesse ne remette en cause des dispositifs législatifs comme la loi de 2004 qui interdit le port de signes religieux à l’école. En définitive, elle constate un retour du religieux parmi la jeunesse. 

Présentation de la réforme de la justice

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a dévoilé sa réforme de la justice. Son objectif est de restaurer la confiance des citoyens envers la justice. D’ailleurs, elle s'appellera : “loi pour la confiance dans l’institution judiciaire”. Elle se résume à six mesures dont sont exclus la responsabilité des magistrats et le statut du parquet à savoir : 
- faire œuvre de pédagogie en filmant les audiences. Précisément, les affaires définitivement filmées seront diffusées sur le service public avec des explications fournies par des avocats ou des magistrats.
- remise en cause du système de remise automatique des peines. Les détenus obtiennent automatiquement des remises de peines en cas de bon comportement : trois mois lors de la première année d’incarcération puis deux mois les années suivantes. Le ministre de la Justice critique cette mesure car pour lui sa vocation n’est que de juguler la population carcérale, celui-ci veut que les détenus fassent des efforts pour pouvoir bénéficier de remises de peines c’est-à-dire réinsertion, éducation, soin. Cette mesure a été fortement critiquée par les magistrats. 
- l’encadrement et la limitation des enquêtes préliminaires. Cette mesure est surnommée “disposition Sarkozy”. Il souhaite qu’elles soient limitées dans le temps, c'est-à-dire deux ans maximum. Elles pourront être prolongées d’un an suite à un avis motivé du procureur. Elles seront ouvertes à la partie adverse. Le mis en cause s’il fait l’objet d’une audition ou d’une perquisition pourra accéder aux procès-verbaux dans un délai d’un an. Ce délai ne sera plus valide si les médias font état du déroulement de l’enquête et portent atteinte à la présomption d'innocence. 
- renforcement du secret professionnel des avocats. Concrètement, il veut créer un “secret de la défense”. Ainsi les perquisitions au cabinet, les mises sur écoutes et l’accès aux factures téléphoniques détaillées surnommées les fadettes ne seront possibles que si l’avocat est suspecté d’avoir commis une infraction. 
- renforcement des cours d’assises en revenant à un système où les jurés populaires seraient majoritaires. 
- encouragement au recours à la médiation afin d’éviter le recours au juge. L’objectif affiché est de désengorger les tribunaux. 
 

Crise sanitaire : nouvelles annonces

Le Premier ministre a tenu jeudi sa conférence de presse hebdomadaire. Accompagné du ministre de la Santé, Olivier Véran, il a détaillé de nouvelles mesures. Le département du Pas-de-Calais comme les Alpes-Maritimes est confiné le week-end. S’agissant de la vaccination, les pharmaciens pourront
vacciner dès la semaine du 15 mars. Les demandeurs n’auront pas besoin de prescription médicale pour se faire vacciner. Les personnes ne présentant pas de pathologies particulières et âgées de 50 à 74 ans pourront se faire vacciner à partir de la mi-avril. De plus, le ministre de la Santé a fortement conseillé aux soignants de se faire vacciner car on observe de fortes disparités dans la vaccination des soignants et que la première maladie nosocomiale est désormais le coronavirus. Ce constat a participé à la naissance d’une polémique. De nombreuses personnalités politiques souhaitent ainsi rendre la vaccination obligatoire pour les soignants. Certains ont souligné que cette obligation aurait un effet contraire et inciterait les soignants à exercer un droit de retrait. Ainsi, on devra faire face à une diminution du nombre de soignants pour faire face à la crise sanitaire. Pour les inciter à se faire vacciner, Olivier Véran leur a écrit une lettre. Le Premier ministre a annoncé une accélération de la campagne de vaccination lors des week-ends. Cette annonce a aussitôt fait réagir l’opposition puisqu'elle a dénoncé un coup de communication du gouvernement qui veut masquer le retard de la vaccination en France. 
Trois nouveaux départements à savoir les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube ont été placés sous surveillance renforcée. Désormais, 23 départements sont sous surveillance renforcée. Jean Castex a invité les Français habitants ces départements à ne pas les quitter. 
Le Premier ministre a annoncé la fermeture des centres commerciaux non-alimentaires  de plus de 10 000 m² dans les départements sous surveillance.
Enfin, il a affiché comme objectif qu’au moins 20 millions de Français soient vaccinés d’ici la mi-mai. 

La contre-attaque médiatique de Sarkozy et de ses soutiens

Suite à sa condamnation à trois ans ferme de prison dont un fermes pour corruption et trafic d’influence, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a fait son retour médiatique. Lors de son interview télévisé au 20h de TF1, il a dénoncé l’acharnement dont il fait l’objet de la part 
des magistrats. Il s’est déclaré de nouveau innocent en insistant sur le fait qu’on ne peut pas parler de pacte de corruption parce qu’il n’y a pas eu d’argent versé ni d’avantage accordé. Pour lui, le dossier est vide. L’ancien président a souhaité convaincre les Français de son innocence en les prenant à témoin. Enfin, il a déclaré qu’il ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle. 
Sa condamnation a douché les derniers espoirs que la droite placait en lui puisque les dirigeants des Républicains avaient toujours espoir qu’il soit le recours en 2022. 
Dans la continuité de l’interview télévisé de Nicolas Sarkozy, les ténors de la droite ont réaffirmé leur soutien envers l’ancien président de la République. Ils ont pourfendu le Parquet national financier qui pour eux est une juridiction politisée et partiale car elle a été créée par François Hollande suite à l’affaire Cahuzac. Ils estiment que les juges qui siègent dans cette juridiction sont proches de la gauche. 
De son côté, François Hollande est sorti de son silence pour condamner toutes les attaques qui remettent en cause l’indépendance de la justice. Il a défendu les magistrats mais aussi le Parquet national financier. 
 
LE BRIEF POLITIQUE
 

Justice


Dissolution de génération identitaire  : Gérald Darmanin a annoncé le 3 mars dans un tweet la dissolution en conseil des ministres du mouvement Génération identitaire. Le ministre de l'Intérieur affirme que cette association "incite à la discrimination, à la haine et à la violence" et présente « le caractère d'une milice privée» notamment par ses récentes actions anti-migrants à la frontière franco-espagnole, en janvier dernier. Au sein du groupe, la riposte s’organise déjà contre la décision du gouvernement.

Gouvernement


Réforme du chômage : Lors d'une réunion en visioconférence ce mardi 2 mars, la ministre du Travail Élisabeth Borne a présenté aux partenaires sociaux la version finale de la réforme de l'assurance-chômage, décidée en 2019.
Les grandes lignes :
- A partir du 1er juillet 2021, un nouveau mode de calcul des allocations chômage sera utilisé. Désormais, une période de 24 mois sera prise en compte, incluant les jours travaillés ou non ;
- A compter du 1er octobre 2021, il sera nécessaire d'avoir travaillé six mois sur 28, au lieu de quatre sur 24, pour toucher une indemnisation.

­    Elections régionales 2021


Occitanie : Un nouveau sondage réalisé par l'Ifop pour Les Républicains place Carole Delga, la présidente socialiste sortante de la Région Occitanie, en tête des 1er et 2e tours. Elle y devance la liste du Rassemblement national menée par Jean-Paul Garraud.

Élection présidentielle 2022


Mélenchon ne donnera pas de consigne en cas de duel Macron/Le Pen : Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a indiqué dimanche 7 mars qu’il n'appellera pas ses électeurs à se ranger derrière l'un des deux candidats (Macron/Le Pen) au second tour de la présidentielle de 2022. 

Disparition


Mort d'Olivier Dassault : Olivier Dassault, député LR de l'Oise, est décédé dimanche 7 mars 2021 dans un crash d'hélicoptère à Touques, en Normandie avec son pilote, Jean-Claude Bedeau. L’hélicoptère qui s’est écrasé a effectué un « décollage atypique » selon un témoin de l’accident, a-t-on appris lundi auprès du parquet.
 
Vous avez une question ? Une remarque ? N'hésitez pas à nous contacter à l'adresse mail suivante : 

aege.relationspubliques@gmail.com


  Par Pierre-Louis Julien & Jaëlle Nouvel  

DÉCOUVREZ LE CLUB RELATIONS PUBLIQUES ICI
<td align="center" va
 
<!-- [if (gte mso 9)|(IE)]>



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.